Nos articles

Portage Salarial et Plasma Collaboratif

Printemps des salons (2)

Printemps des salons (2)

Pour me remettre au clavier après l’actualité de ces dernières 48 heures, j’ai un peu manqué de forces, je le reconnais. Mais mon sujet d’aujourd’hui a pour objectif de nous donner du courage. Au salon des RH, à la 2ème conférence, j’ai appris en résumé, que si nous sommes stressés au travail, il faut agir.

Toutes les indications chiffrées permettant d’appréhender le stress au travail se trouvent sur les sites de l’Institut National Recherche et Sécurité http://www.inrs.fr/accueil.html

et de l’Agence Européenne pour la Sécurité et Santé au Travail. http://osha.europa.eu/fr/front-page

De la conférence animée par le cabinet Know-Formation, j’ai retenu :

- que le stress au travail affecte 22% des travailleurs dans l’Europe des 25  et coûte 20 milliards d’€ par an.

- que le niveau de stress des collaborateurs est directement lié à celui des managers.

- que les solutions préconisées sont un mix entre outils individuels et approches globales dans l’entreprise, en tenant compte de chaque situation particulière, les solutions toutes faites n’existant pas.

- les conclusions : se donner des outils pour vivre les choses autrement, donner du sens au travail, revoir les organisations, adapter les charges de travail, utiliser les compétences,  s’exprimer sur les problèmes, communiquer, développer un management participatif, apprendre à mettre des frontières entre soi et sa fonction, développer les analyses de pratiques, être sensibilisé à son propre stress, comprendre comment se met en place le stress.

J’ai pensé qu’un tel programme est tellement lourd qu’on ne sait pas par où commencer une fois revenu à son poste de travail. Mais je me suis souvenue qu’un individu peut agir simplement, tous les jours : en voici quelques exemples qui n’exigent dans un premier temps aucune mise en place de dispositif de recueil de données :

Dire systématiquement bonjour, au revoir, merci à ses collègues de travail, prendre un café avec son équipe ou ses collègues, ne souriez pas, j’ai appris toujours à ce même salon que dans certaines entreprises, on apprend aux nouvelles recrues que prendre un café avec les collègues c’est important……

…..mais aussi et c’est l’expérience d’une ex responsable RH qui parle, recevoir les personnes qui demandent un RDV, les écouter ( ça s’apprend!), créer une concertation autour d’une personne en difficulté, avec les représentants du personnel, l’assistante sociale, le médecin du travail, systématiquement informer la hiérarchie (qui n’aime pas trop ça en général) des situations de stress ainsi identifiées.

Et alors, petit miracle, en apprenant à être attentif aux autres, on se surprend à être un plus plus attentif à soi, à remettre le travail à sa juste place, première action de prévention du stress finalement…..

J’ajoute, mais c’est très personnel, qu’on peut aussi devenir consultant chez LMA, c’est souriant, convivial, positif, utile.

Voici une petite bibliographie pour compléter le propos:

- Vincent de Gaulejac : Travail, les raisons de la colère. Ed : Seuil

- Luce Janin-Devillars : Etre mieux au travail. Ed : Michel Lafon

- Catherine Viot : Remettre le travail à sa (juste) place. Ed : Hachette Pratique

PS : au salon du livre, il y avait trop de monde au rayon des mangas, je n’ai pas vu les lapins crétins (cf article salons de printemps 1)…..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Inventons les « Indicateurs Clefs » liés au stress ! Les collaborateurs peuvent s’exprimer en leur nom ou de façon anonyme – sur une échelle de 1 à 10 – sur la qualité du « il fait bon vivre dans l’entreprise ». Ca permettrait de faire un audit, point de départ d’une étude. Sinon c’est le web qui va s’en occuper avec des sites de notation des entreprises du type ‘note ton entreprise’ http://www.notetonentreprise.com/ et là , les dégâts peuvent être terribles.
    On pourrait commencer à utiliser cet outil avec Le Monde Après qui servirait de béta testeur ?!

Leave a Reply

Portage Salarial et Plasma Collaboratif