Nos articles

Portage Salarial et Plasma Collaboratif

Cultivez votre sérendipité

Les bourgeons bourgeonnent.Les papillons papillonnent. Le soleil rayonne – enfin un jour sur deux. Dans cette ambiance bucolico-champêtre, je me rêve à faire pousser des tulipes sur mon balcon… Et puis je me rappelle que je n’ai pas vraiment la main verte – il y a quelques années je n’avais même pas obtenu de mauvaises herbes dans un petit coin de paradis où la végétation foisonne. C’est dire…

Pourtant l’an dernier j’ai entamé une culture d’esprit entrepreneurial et aujourd’hui ce travail commence à porter ses fruits. Tout n’est donc pas perdu. Cette année, j’ai donc cherché une nouvelle bouture – increvable – à planter dans ce champ des possibles. Et voilà que le destin m’offre sur un plateau la «sérendipité» – serendipity en VO -, ou «hasard merveilleux» pour faire simple.

Leçon de botanique en 3 temps.

Postulat : le hasard régit la vie

En un week-end, voilà que ce mot – rencontré pour la première et unique fois il y a quelques années sur l’enseigne d’un salon de thé au cœur de Bucarest – refait surface par trois fois au cours d’une de mes sessions de lecture de rattrapage – je fais référence à LA pile de magazines et de livres qui s’accumulent au pied de mon lit sous le grand panneau virtuel qui clignote en permanence «à lire absolument».

Soit j’ai à faire au résultat laborieux, invisible et très efficace d’un service de presse influent. Soit il s’agit d’une simple contagion twitteresque du microcosme journalistique, un engouement pour ce terme, une sorte de mini-emballement médiatique.

Quoi qu’il en soit, cette coïncidence est suffisamment troublante pour se pencher sur le thème. Si je rajoute à cela une proposition de voyage au Sri Lanka (ex-Ceylan dont le nom antique était… Serendip) parmi les 192 autres destinations possibles, j’en conclus pour ma part que le hasard a une certaine place dans l’existence.

À ce stade, vous me rétorquerez peut-être que si on pense «voiture rouge» on finit par ne voir que des voitures rouges à chaque coin de rue. Certes ! Il en va de même avec les grands classiques de l’erreur orthographique ou grammaticales, les célèbres «évènement», «voire même» et autres «pallier à» que j’attends toujours au détour d’une page ou d’un discours.

En se penchant sur son parcours professionnel ou tout simplement sur sa vie, force est de constater que beaucoup de choses sont dues à des rencontres inattendues, à des contraintes non prévues, à des opportunités insoupçonnées… Certains l’appellent chance, d’autres invoquent un dieu. Rangeons-le dans la catégorie «hasard». Dans tous les cas, rares sont ceux qui vivent la vie qu’ils avaient imaginée.

Mais une fois qu’on a dit ça, on n’a rien dit… Et surtout on n’a pas l’impression d’avoir fait grand-chose pour en arriver là. Être «chef de son destin» n’est pas un job. S’il n’est pas vraiment possible d’être maître du hasard, on peut cependant essayer de le cultiver.

Savoir-faire ou l’art de cultiver le hasard…

Car le hasard se cultive et s’entretient. Il se provoque même.

Pour cela, les adeptes du Net ont un grand avantage dans la pratique, car il suffit de cliquer sur les «liens de la vie», comme on clique sur les liens hypertextes d’un article ou d’un site, et nous voilà plongés dans un autre univers, telle Alice poursuivant son lapin.

En résumé, il faut saisir chaque opportunité, chaque occasion qui s’offre à nous.

C’est un état de veille et d’éveil permanent.

C’est une curiosité qui, loin d’être vilaine, doit être mise en œuvre au quotidien.

C’est aussi une prise de risque qui peut – qui doit même – nous faire sortir de notre zone de confort.

Partir d’un continent connu pour écumer les mers et qui, sait, tomber un jour sur un nouveau monde… sur Le Monde Après par exemple.

Bref, être en mode exploratoire toute sa vie.

 … et d’y trouver le merveilleux (tout un savoir-voir)

Oui, «toute sa vie». Car la sérendipité ne s’obtient pas à date convenue. Officiellement, ce n’est pas elle qu’on recherche. Elle n’est même pas certaine d’être obtenue d’ailleurs.

Mais il se peut que d’autres plantes poussent à la place, en chemin.

Une fois qu’on a créé des opportunités, on observe le déclenchement de réactions en chaîne. Des occasions nouvelles se présentent à nous. C’est à ce moment qu’il faut aborder les choses sous des angles différents, qu’il faut adopter un nouveau regard.

D’une situation donnée, tirer le meilleur parti. Voir le verre à moitié plein et trouver les moyens de le boire : seul dans son coin, en partageant avec des amis ou des inconnus, en le donnant à un autre car pour le moment on n’a pas très soif…

C’est une pratique qui s’acquiert avec le temps. Une discipline qui mêle optimisme, opiniâtreté et créativité. Pour ma part, un réflexe d’une vie antérieure, lorsque, attachée de presse, je présentais un même sujet sous des angles différents, selon les centres d’intérêt du journaliste que j’avais au bout du fil.

À y regarder de plus près, ça doit faire quelques années que la sérendipité a pris racine chez moi. J’espère que ce plan(t) donnera chez vous une récolte aussi heureuse et qu’inattendue.

 

Cécile Trompette, consultante indépendante à la main verte

un PS Plein de Sérendipité : une dernière lecture du week-end et je découvre un remède à ma malédiction horticole.

  1. Laurence BardetLaurence Bardet07-11-2013

    Pour moi la sérendipité c’est l’histoire de ce monsieur – dont je ne connais même pas le nom – qui est allé promener son chien, à poils longs, un jour comme les autres, et qui au lieu de pester sur la particularité du poil long qui est de ramasser toutes les poussières et petites saletés qui s’accrochent à lui, s’est dit que cette caractéristique du poil en question pouvait être utile et ça a donné le Velcro!
    La personne ne cherchait rien, avait pour seul objectif de promener son chien mais on peut dire que son cerveau était suffisamment disponible pour observer et réfléchir.
    Et je m’étais arrêtée là dans mes réflexions.
    Mais ce matin j’ai décidé de lire tous les articles de Cécile Trompette.
    Heureusement, car me voilà en train d’observer les derniers rebondissements de mes activités d’un autre oeil : et si une opportunité était là, à portée de coup d’oeil, bien en évidence……?
    Merci Cécile d’éclairer nos lanternes!

    • Cécile TrompetteCécile Trompette07-11-2013

      Merci Laurence d’illustrer la sérendipité par ce double témoignage (invention de M. Velcro – je ne connaissais pas l’histoire – et surtout ton expérience personnelle).
      Bien souvent nos propres évidences nous sont révélées par les autres (c’est ce que j’ai notamment pu constater en participant à l’atelier « projet pro » Le Monde Après).
      Et elles le sont aussi par des moyens détournés (en résolvant le « problème » de quelqu’un d’autre j’ai pu trouver une solution au mien… alors qu’au départ nos problématiques étaient dissemblables).
      Vive le hasard merveilleux !!
      Bonne chance pour la suite :-) – car la chance aussi se cultive !

  2. Cécile TrompetteCécile Trompette02-11-2013

    Je vous recommande la lecture de ce super article sur la sérendipité et les générations Y et suivante (la génération Bovary comme l’appelle l’auteur, Georges Lewi)
    http://www.mythologicorp.com/la-serendipite-et-le-droit-a-lerreur-comme-nouveau-piler-generationnel-des-nouveaux-bovary-mon-papier-dans-la-revue-influencia/?goback=%2Egde_1416777_member_212738013

  3. Martine MouchetMartine Mouchet05-22-2012

    et bien moi aussi, je ne connaissais pas ce mot il y a quelques semaines et en racontant une histoire de « hasard » qui m’était arrivée, une amie m’a dit « sérendipité » et aujourd’hui en regardant les articles, je tombe sur le tiens qui en parle…est ce un nouveau hasard????
    en tout cas merci pour cet article qui me parle à 100%

    • Fabien SalicisFabien Salicis06-21-2012

      Vu qu’on baigne dedans, disons que le hasard on le cherche..;-)…ce n’est pas surprenant qu’il nous tombe dessus de temps en temps.

  4. Merci pour cet article.
    Je suis convaincu que ce concept de sérendipité est sous-exploité, et qu’y travailler offre de réelles opportunités de doper les capacités innovantes du management.
    Attention : PASTEUR a précisé : « la hasard ne favorise que les esprits préparés ».
    Comment ?
    La sérendipité, il faut l’observer, l’analyser, l’expliquer pour l’utiliser en entreprise, au quotidien … C’est possible : au point que nous proposons des outils (innovants) spécifiques, déduits des différents types de sérendipité …

  5. jhzenonijhzenoni04-13-2012

    …’hasardons-nous’ afin de provoquer le hasard de façon intelligente ! Cela suppose effectivement « de l’optimisme et de la créativité ». C’est certainement adopter la technique heuristique (évoluer, petit à petit, en tenant compte de ce que l’on a fait précédemment pour tendre vers la solution d’un problème) versus la technique algorithmique (séquence d’opérations visant à la résolution d’un problème en un temps fini); ou encore privilégier à l’hémisphère gauche de notre cerveau (binaire) l’hémisphère droit (en arborescence) qui favorise le « savoir-voir ».
    ‘J’agis donc j’existe’ pourrait donc remplacer le fameux « Je pense donc je suis » ?!

  6. Merci pour ce bel article.
    Le hasard c’est aussi la capacité à écouter ou voir les opportunités qui passent à coté de nous. Pour réellement transformer ces opportunités en business, il faut aussi s’entourer de personnes qui peuvent compléter nos compétences pour répondre aux besoins d’un contact.
    Tous passe donc par les autres. Les autres qui ont des besoins, les autres qui transmettent l’information et les autres qui rendent possibles la réalisation des solutions.
    A bientôt,

  7. Fabien SalicisFabien Salicis04-11-2012

    « La Chance: Plus je travaille, plus j’en ai »…combien de citations renferment un précepte de ce genre. La sérendipité est finalement l’acte de tomber au bon endroit et au bon moment. Encore faut-il s’être dit, si j’allais à se premier endroit. Une chose est sur, à travers cet excellent article, on illustre bien la stratégie du mouvement. Si on fait quelque chose, il se produit quelque chose. Le pire ennemi de la sérendipité, c’est l’immobilisme….;-)…donc bougeons. Merci pour cet article Cécile !

Leave a Reply

Portage Salarial et Plasma Collaboratif